Introduction

L’important travail accompli depuis la création des ÉSPÉ le 1er septembre 2013, il y a à peine plus de quatre ans, a permis de mettre en place dans les trente-deux académies une formation universitaire professionnalisante qui associe largement tous les acteurs concernés, l’Université et les Académies.

Cette mise en place a fait l’objet de nombreuses évaluations externes (commission sénatoriale, commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’assemblée nationale, commission parlementaire, comité national de suivi, inspections générales, ou encore cour des comptes). Toutes conviennent de cette forte mobilisation des acteurs et des succès de leurs actions, sans pour autant minorer les difficultés qui restent à surmonter. Quatre points sont particulièrement remarquables :

1-  La nécessité de définir le master MEEF[1] comme le cycle de formation universitaire de deux années nécessaires, a minima, pour former un enseignant ou un professionnel de l’éducation.

2-  La nécessité d’inscrire cette formation au sein d’un continuum de formation tout au long de la vie, initié en licence (dans le cadre d’UE de professionnalisation), poursuivi par le master MEEF et un accompagnement à l’entrée dans le métier des néo-titulaires, puis prolongé grâce à la formation continue tout au long de la carrière.

3-  La nécessité de poursuivre et de développer le caractère multiple des partenariats entre les acteurs des équipes pédagogiques (pluridisciplinaires, pluri-catégorielles et pluri-institutionnelles) au niveau local, mais aussi au niveau des partenaires académiques engagés dans les projets académiques (universités de l’académie, rectorat et ÉSPÉ), ou encore au niveau national (coordination entre les trois directions, la CPU, les inspections générales et le réseau national des ÉSPÉ).

4-  La nécessité de renforcer et de développer le caractère universitaire de la formation en accompagnant la structuration des recherches en éducation et des recherches fondamentales, afin d’en innerver la valorisation de leurs résultats et les transferts de technologie, qui œuvrent à établir de manière durable et fiable les articulations entre la recherche, la formation et le terrain.

Ces quatre points constituent des axes de progression à poursuivre afin d’avoir une formation universitaire professionnalisante des enseignants et des professionnels de l’éducation à la hauteur des ambitions de notre système éducatif et des défis à relever.

Actuellement, et l’ensemble des études consacrées aux ÉSPÉ pointe cela, il y a une confusion entre le processus de formation des enseignants et le processus de recrutement des fonctionnaires de l’Éducation nationale ; la place et la nature du concours sont largement interrogées, dans la forme actuelle, le concours en 1re année de master crée une rupture entre avant et après le concours. Cette rupture impacte largement tous les volets des missions des ÉSPÉ, notamment sur les possibles envisagés dans les quatre points susmentionnés.

C’est dans la perspective d’une discussion avec l’ensemble des partenaires et acteurs de la formation des enseignants et des personnels d’éducation que le réseau national des ÉSPÉ souhaite les associer à une journée d’entretiens le 11 janvier 2018 à Paris.

Après quatre années d’existence, il semble en effet nécessaire d'interroger le modèle actuel de formation. Ces entretiens permettront d'établir un bilan des réussites et des difficultés rencontrées par les ÉSPÉ depuis leur création mais aussi d'envisager les évolutions potentielles, afin de poursuivre notre vocation première d’être force de propositions et de changements pour l’amélioration permanente du continuum de formation.

Ouverts à l’ensemble des acteurs de la formation et aux organisations syndicales, ces entretiens seront un temps de partage et d'échanges pour dégager des perspectives ambitieuses pour une formation universitaire et professionnelle, adossée à la recherche, et s'appuyant sur des équipes de formateurs pluri-institutionnelles et l’ensemble des partenaires de l'éducation.



[1] Master Métiers de l’Enseignement, de l’Éducation et de la Formation

Personnes connectées : 2